Logo Kanton Bern / Canton de BerneOffice de l'exécution judiciaire
  • de
  • fr

Portrait

L'Établissement pénitentiaire de Thorberg (EP Thorberg) accueille des hommes exécutant des peines et des mesures en milieu fermé. Il fait partie du Concordat de la Suisse du Nord-Ouest et de la Suisse centrale sur l'exécution des peines et mesures. Outre le régime ordinaire, il propose une offre spécifique pour les détenus devant y séjourner sur une longue durée – une première en Suisse. L'EP Thorberg assure une exécution judiciaire sur mesure.

Organisation

Positionnement

L'EP Thorberg héberge 173 détenus originaires de plus de 40 pays. Le plus âgé d'entre eux a plus de 70 ans, le plus jeune n'a pas encore 20 ans. Quatre détenus sur cinq doivent quitter la Suisse après avoir exécuté leur peine.

Cette coexistence forcée dans un environnement si hétérogène exige respect, tolérance et persévérance de la part de chacun. Pour bien des détenus, la vie quotidienne au sein de l'établissement représente un grand défi et requiert beaucoup d'efforts.

Au-delà de leur diversité, tous les détenus ont un point commun: la perte d'autonomie. Dans le système pénitentiaire, même les choses les plus simples de la vie quotidienne doivent être demandées et approuvées. C'est précisément là qu'entre en jeu l'exécution judiciaire sur mesure pratiquée à l'EP Thorberg. Elle consiste à donner autant d'autonomie et de responsabilités que possible, en fonction de la phase de l'exécution.

Le but est de combattre les effets nocifs de la privation de liberté et d'ouvrir des perspectives d'avenir. À cet effet, l'EP Thorberg adapte l'encadrement aux besoins individuels et crée ainsi de bonnes conditions pour un nouveau départ.

L'expérience le montre: presque tous les détenus souhaitent améliorer leur situation. En fin de compte, toutefois, le changement se fonde non sur des structures et des stratégies, mais sur des relations solides et une bonne compréhension des différents rôles au sein de l'établissement. La participation de chacun est donc nécessaire en vue de l'instauration d'un climat de décence, de respect et d'équité au sein de l'EP Thorberg.

Historique

Thorberg apparaît pour la première fois dans des documents officiels en 1175. Le château appartient aux seigneurs de Thorberg, qui y résident jusqu'en 1397.

Peter von Thorberg, le dernier de la dynastie, établit une fondation en 1397 et donne tous ses biens à l'ordre des Chartreux. Dès lors, Thorberg devient un cloître chartreux, jusqu'à la Réforme, en 1528. Le domaine passe alors aux mains de l'État de Berne, et est administré par un bailli jusqu'en 1798.

En 1805, l'établissement d'entretien viager est utillisé pour la première fois comme institution d'éducation forcée, école disciplinaire et asile d'aliénés. Le gouvernement bernois décide en 1855 que Thorberg sera rattaché à la Direction de la justice et police en tant qu'établissement de travaux forcés. En 1893, un bâtiment cellulaire est inauguré, conférant à l'ensemble le statut d'établissement bernois de réclusion.

Après l'entrée en vigueur d'un premier Code pénal suisse, des modifications sont entreprises en 1942 au niveau de l'organisation et de la construction. Le nouveau bâtiment d'internement (aujourd'hui bâtiment A) ouvre en 1952 une nouvelle ère de l'application des peines (aujourd'hui exécution des peines). La reconstruction de la chapelle a été terminée en 1953. L'adaptation des installations sanitaires dans les cellules et les sections d'internement sera achevée en 1978.

1991 est marqué par un incendie provoqué par un détenu; le bâtiment utilisé pour le régime ordinaire est tellement endommagé qu'il doit être fermé. En 1998, deux bâtiments le remplacent dans le cadre d'une nouvelle stratégie sur l'exécution des peines et mesures.

Partager